Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

Ouverture de la conférence sur l’approche opérationnelle de la sensibilité et de la prévention des conflits en zone pastorale


Cotonou, Bénin
06 – 08 décembre 2017

 

La conférence sur l’approche opérationnelle de la sensibilité et de la prévention des conflits en zone pastorale a commencé ses travaux ce matin à Cotonou sous la présidence du Ministre béninois de l’agriculture, de l’Elevage et de la Pêche M. Gaston Cossi DOSSOUHOUI en présence du Dr Djimé Adoum, Secrétaire Exécutif du CILSS, du Directeur de l’Environnement et de l’Agriculture de l’IGAD en Ethiopie, M. Mohamed MOUSSA, de Mme Katrine Sharkey, Directrice Banque Mondiale au Bénin. ura pour objet principal de présenter les résultats du PASSHA en terme de développement d’outils et méthodes opérationnelles.

Il s’agit en particulier de présenter les documents principaux de l’approche opérationnelle SPC (liste de vérification et guide pratique général) et les guides techniques en cours de réalisation. En particulier seront décrits comment ces outils intègrent l’analyse des aspects environnementaux, économiques et sociaux.

Participent à la conférence les coordonnateurs nationaux et experts en sauvegarde environnementale et sociale des PRAPS/pays, les représentants de l’UEMOA, de la FAO, de l’AFD, de l’OIM, d’ONG internationales (Care, SNV…) de réseaux d’organisations professionnelles de pasteurs (RBM, APESS, ROPPA)…

Dans son allocution d’ouverture, le secrétaire Exécutif a notamment cité les réalisations du projet PASSHA. il s’agit « d’un guide pratique faisant partie d’une série d’outils de prise en compte de la Sensibilité et Prévention des Conflits (SPC) dans les projets d’appui au pastoralisme. Il est accompagné de quatre autres outils que sont :

  • La liste de vérification sur la SPC
  • Les outils d’analyse de contexte et des acteurs,
  • Les fiches techniques spécifiques
  • Le module sur la communication participative

ces outils, a-t-il souigné, ont été bâtis patiemment, méthodiquement autour du Groupe Technique Consultatif (GTC) mis en place à cet effet dont les membres sont tous des acteurs de notre espace».

s’agissant de la Directrice de la Banque Mondiale/Bénin, MmEKatrine SHARKLEY « le PASSHA a été source d’enseignements et d’innovations au moment les deux régions font face à des situations critiques de conflits. Puis elle a insisté sur trois messages majeurs :

  • le pastoralisme peut causer des conflits, mais ma solution aux conflits peut être aussi le développement du pastoralisme dans un contexte nouveau
  • la SPC dépasse le seul cadre du pastoralisme et concerne plusieurs secteurs d’activités qui pourraient en bénéficier : hydraulique, agriculture, pêche…
  • face aux forces extérieures qui nous entrainent vers la violence et la criminalité, nous devons concentrer sur les approches inclusives qui donnent une voix au niveau local et garantit sa participation ».

Pour sa part, le Ministre de l’agriculture, de l’Elevage et de la Pêche du Bénin, M. Gaston Cossi DOSSOUHOUI « A l’instar des pays voisins, le Bénin n’échappe pas au phénomène de la transhumance transfrontalière et ses conséquences. Des conflits entre agriculteurs et éleveurs sont enregistrés chaque année. Dans le cadre des dispositions pour atténuer ces conflits, le Bénin mon pays a réalisé 1000 Km de parcours balisé avec installation de points d’eau et des aires de repos sur 6500 Ha et a créé quarante (40) postes vétérinaires de contrôle d’entrées des transhumants. Il appartient aujourd’hui aux autorités locales de faire respecter les couloirs et zones aménagés à travers des textes administratifs et réglementaires, bien sûr en y incluant un mode de gestion qui prend en compte les différents intérêts en jeu. Une autre expérience toute nouvelle dans mon pays est que les zones de pâturage délimitées sont dotées de magasins avec une dotation initiale de 15 à 20 Tonnes de complémentation alimentaire pour bétail ».

Termes de référence /   Terms of Reference

Lien téléchargement outils SPC