Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

Le Secrétaire exécutif adjoint a pris part au segment ministériel de la réunion de la Commission climat pour la région Sahel


IMG-20180730-WA0008

Le Secrétaire exécutif adjoint du CILSS, M. Ibrahim Lumumba IDI-ISSA, a participé au segment ministériel de la réunion de la Commission climat pour la région Sahel et de la Conférence internationale sur la Désertification et l’Économie Verte (CIDEV), qui s’est tenue le 28 juillet 2018 à Niamey, au Niger.

Placée sous le haut patronage de Son Excellence Monsieur Brigi Rafini, Premier ministre de la République du Niger, la rencontre a réuni 17 pays : Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gambie, Guinée, Djibouti, Éthiopie, Érythrée, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal, Soudan et Tchad. À ces pays se sont joints des représentants de la Guinée Bissau et du Togo.

Outre les ministres de ces pays, cette réunion a rassemblé des représentants d’administrations nationales, d’organisations économiques régionales et sous régionales, des partenaires techniques et financiers bilatéraux et multilatéraux, les Secrétariats exécutifs des trois principales conventions post-Rio en matière d’environnement, des institutions de recherche, des membres du milieu associatif, le secteur privé ainsi que des jeunes et des femmes entrepreneurs évoluant dans le domaine des économies vertes.

La tenue de cette importance rencontre, sous la présidence de M. Almoustapha Garba, ministre de l’Environnement et du Développement durable du Niger, vise à impulser une dynamique nouvelle de lutte contre la désertification et la sécheresse dans les pays du Sahel, tout particulièrement dans ceux plus exposés aux problèmes d’insécurité et de remontée des groupes terroristes.

Le CILSS qui a été en avant-garde de la lutte contre la désertification et les effets du changement climatique, a très vite considéré que le développement, l’environnement et la sécurité sont plus que jamais liés dans l’espace Sahel et Afrique de l’Ouest.  Sur ces questions, le CILSS fort de 45 ans de savoir-faire apporte une expertise avérée, à travers les politiques et stratégies élaborées dans Etats membres, ainsi que les projets structurants qu’il met en œuvre au profit des vaillantes populations sahéliennes et ouest africaines.

A l’issue de la réunion ministérielle, un « Appel de Niamey » a été lancé, avant d’être adopté par la Conférence des Chefs d’État qui se tiendra en novembre 2018 toujours dans la capitale Nigérienne.