Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

Le Haut Commissaire de l’OMVS, Ahmed Diane Semega, en visite de travail au CILSS


 

Une délégation de  l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal (OMVS) a effectué une mission de travail au Secrétariat exécutif du CILSS, à Ouagadougou, le 13 juin 2019.

La délégation conduite par le Haut-Commissaire Ahmed Diane Semega (de nationalité malienne)  a été  reçue en audience, par le Secrétaire exécutif du CILSS, Dr Djimé ADOUM, accompagné de ses collaborateurs.

L’objectif de la mission est d’explorer les partenariats possibles entre l’OMVS et  le CILSS, tant au niveau régional que des pays.

optLa-photo-de-famile-à-l'issue-de-la-visite-de-travail-de-l'OMVS

Dr Djimé ADOUM a présenté à ses hôtes, le CILSS, dans son mandat, son organisation, ses pôles de services, ses défis et ses perspectives.

Riche d’une histoire et de savoir-faire exceptionnels, le CILSS a développé, pendant une quarantaine d’années, une expertise forte et un leadership reconnu dans ses domaines d’interventions.

Aussi, son expérience est constamment sollicitée.

Le Haut-Commissaire Hamed Semega Diane a souhaité « une mutualisation des initiatives afin de transformer et de créer de la richesse et de l’emploi ».

Cette ambition de partage et  de mise en valeur des potentialités avec le CILSS permettra Selon les deux premiers responsables de ces institutions,  de « tout recommencer, mais créer des synergies et un effet levier afin d’éviter la segmentation ».

Au regard des complémentarités et des objectifs d’atteinte de sécurité alimentaire,  le CILSS et l’OMVS  se sont engagés à tisser des partenariats et s’enrichir mutuellement des  parcours de chaque organisation.

Au regard de son positionnement institutionnel en Afrique et de  son expérience dans la mise en œuvre  de programme de développement, le CILSS apparait comme un partenaire de référence pour plusieurs partenaires et Institutions intervenant au Sahel et en Afrique de l’Ouest.

Aussi, le  CILSS  a-t-il réitéré  sa disponibilité à renforcer le partenariat sur l’ensemble des problématiques de ses domaines d’intervention, dans le même esprit de coopération efficace qu’il a toujours cultivé.

Pour matérialiser cette volonté commune d’ouvrir un nouveau chapitre dans les relations CILSS-OMVS, un protocole d’accord est en élaboration et sera officialisé très bientôt.

L’OMVS créée le 11 mars 1972 à Nouakchott, regroupe quatre pays : la Guinée, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal, en vue de gérer le bassin versant du fleuve Sénégal, bassin qui s’étend sur une surface de 289 000 km².