Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

Fin de la conférence sur la chenille légionnaire d’automne et célébration de la 34è Journée du CILSS


Conférence régionale sur la chenille légionnaire d’automne et 34ème Journée du CILSS : leurs Excellences Roch Marc Christian KABORE et Mahamadou ISSOUFOU rehaussent de leur présence la cérémonie officielle

IMG_20190912_154100

Les acteurs et partenaires du CILSS ont été honorés de la présence de leurs Excellences Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso et Président en exercice du CILSS et Mahamadou ISSOUFOU, Président de la République du Niger et Président du Comité de Haut Niveau sur la sécurité Alimentaire de l’UEMOA, venus assister à la cérémonie de clôture de la Conférence régionale de lutte contre la chenille légionnaire d’automne qui a coincidé avec la célébration de la 34ème journée du CILSS.

34-Journee-CILSSaffiche« Accroitre la productivité des terres par la promotion de solutions innovantes de lutte contre l’ensablement et la pollution des cours d’eau au Sahel et en Afrique de l’Ouest » est le thème de la 34ème journée du CILSS qui a été célébrée, le 12 septembre 2019, dans les 13 Etats Membres à travers des activités spécifiques de sensibilisation des populations et la promotion d’approches de solutions.

A Ouagadougou, le Président en exercice du CILSS a convié les experts, acteurs et partenaires du monde agricole à réfléchir sur les actions concrètes de lutte contre la chenille légionnaire d’automne qui fait des ravages au Sahel et en Afrique de l’Ouest.

Du 10 au 12 septembre 2019, les experts du domaine agricole à l’invitation du CILSS et du Ministère de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques du Burkina Faso, se sont penchés sur le thème : « Invasion de la chenille légionnaire d’automne au Sahel et en Afrique de l’Ouest : état des lieux, solutions et ressources mobilisables pour contrer le fléau ».

La chenille légionnaire d’automne, encore appelée « peste verte », est un nuisible très invasif, apparu en Afrique de l’Ouest depuis trois ans et qui n’a cessé d’étendre son aire d’invasion, touchant ainsi tous les pays ouest africains et ceux du Sahel.

Ce fléau, associé aux périls du changement climatique, à la sécheresse, à la désertification et de l’insécurité, engendre des facteurs qui fragilisent la production agricole.

Après des échanges fructueux, la Conférence a proposé des éléments de stratégie pour traiter et gérer durablement la chenille légionnaire d’automne.

Au regard de la gravité de la situation, les Etats ont décidé d’agir ensemble pour contenir ce fléau qui transcende les frontières et qui touche leurs espaces communs. Cette coopération sous-régionale s’impose à eux comme un impératif pour juguler ce destructeur de cultures. Les participants à la conférence l’ont souligné dans leur déclaration appelée « Déclaration de Ouagadougou sur la chenille légionnaire d’automne ». Ils ont appelé à la mise en place, en urgence, d’un fonds de lutte et d’un programme régional de lutte contre la chenille sous la coordination institutionnelle de la CEDEAO et de l’UEMOA et la coordination technique du CILSS et d’autres partenaires techniques telle que la FAO.

Nuisible, la chenille légionnaire d’automne constitue un frein à la réalisation des objectifs du Programme détaillé pour le développement de l’agriculture africaine (PDDAA), d’où cette nécessité pour les Etats du Sahel de fédérer leurs moyens à travers la mise en place d’un mécanisme commun pour trouver une réponse coordonnée contre ce ravageur.

Le Président de la République du Niger, SEM Mahamadou ISSOUFOU, a salué la tenue de cette rencontre et a promis porter les conclusions au Comité de Haut niveau sur la Sécurité Alimentaire de l’UEMOA qu’il préside. « Le temps n’est plus aux discours mais plutôt aux actions concrètes pour contrer le fléau qui met en péril tous nos efforts de développement » a t-il conclu.

Pour aboutir à ces résultats probants, les experts ont d’abord fait l’état des lieux des infestations de la chenille légionnaire dans les pays du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest, de la surveillance et des actions de lutte contre l’insecte ravageur à travers les expériences réussies dans d’autres sous-régions africaines et du monde.

« La tenue de cette rencontre et surtout les résultats probants auxquels les experts sont parvenus nous conforte dans notre vision et celle de mes pairs de la sous-région de voir nos pays débarrassés des conséquences néfastes des attaques de la chenille légionnaire d’automne ». a souligné SEM Roch Marc Christian KABORE, dans son discours de clôture.

Les conclusions de cette conférence ouvrent ainsi les portes d’une mise en œuvre harmonisée et concertée des réglementations régionales pour la gestion efficace de la chenille légionnaire d’automne au Sahel et en Afrique de l’Ouest.