Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

Interdiction de la transhumance au Bénin : les Organisations d’éleveurs sollicitent l’appui du CILSS pour un plaidoyer


Arrêté interministériel d’interdiction de la transhumance transfrontalière au Bénin : les Organisations d’Eleveurs sollicitent l’appui du CILSS pour un plaidoyer auprès des autorités béninoises

Une délégation des Organisations Professionnelles Régionales (OPR) d’Eleveurs en Afrique de l’Ouest, le Réseau Billital Maroobé (RBM), l’Association pour la Promotion de l’Elevage au Sahel et en Savane (APESS) et le Réseau des Organisations Paysannes et des Producteurs de Afrique de l’Ouest (ROPPA) a été reçue en audience par le Secrétaire Exécutif du CILSS, Dr Djimé ADOUM.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_703Cette rencontre a porté sur les actions à mener suite l’interdiction de la transhumance transfrontalière en République du Bénin à travers l’arrêté interministériel 2019/N°200/MISP/MAEP/MAEC/MCVDD/MDGL/MDN/DC/SGM/DAIC/SA/113GG19.

Au regard des dispositions prises au niveau régional par les Organisations d’Eleveurs, les Etats, les Organisations Intergouvernementales pour faciliter l’élevage mobile entre les pays de départs et les pays d’accueil, cet arrêté contribuera à accroitre les difficultés des éleveurs dans l’exercice de leur fonction dans un contexte régional marqué par l’insécurité au Sahel et la rareté des ressources pastorales.

C’est ce message que sont allés porter les représentants des OPR au Secrétaire Exécutif du CILSS  tout en lui demandant l’appui du CILSS pour mener un plaidoyer de haut niveau auprès des Autorités béninoises afin de lever cette interdiction.

Dr Djimé ADOUM a salué la démarche des OPR pour une issue favorable à travers le plaidoyer et la négociation. Il a marqué son accord pour les accompagner dans toutes les actions de plaidoyer pour la levée de cette interdiction.

Il a pris l’engagement d’informer l’UEMOA et la CEDEAO pour entreprendre ensemble avec les OPR et les Hautes Autorités des pays de départ et d’accueil de la transhumance transfrontalière des actions de plaidoyer auprès des Autorités béninoises. Le CILSS entend s’investir dans la conduite de ces actions de plaidoyer en tant que structure coordonnatrice des actions de développement du pastoralisme et de la transhumance en Afrique de l’Ouest et au Sahel à travers plusieurs projets dont le Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS), le Projet Régional de Dialogue et d’Investissement pour le Pastoralisme et la Transhumance au Sahel et dans les pays côtiers de l’Afrique de l’Ouest (PREDIP), et le Projet Elevages et Pastoralisme intégrés et sécurisés en Afrique de l’Ouest (PEPISAO).

Depuis la diffusion de cet arrêté interministériel par les Autorités béninoises, les OPR ont conjugué leurs efforts et engagé des actions fortes pour issue favorable. C’est ainsi que le RBM a adressé une correspondance au Président de la Commission de la CEDEAO pour dénoncer la violation par cet arrêté de la Décision A/DEC.5/10/98 relative à la réglementation de la transhumance transfrontalière entre les Etats membres de la CEDEAO.

Rappelons que la Délégation des OPR étaient composée de Amadou DICKO, Président de l’APESS ; Adama TRAORE, Secrétaire Exécutif de l’APESS ; Amadou TAMBOURA, membre du ROPPA et Secrétaire Général de la Fédération des Eleveurs du Burkina Faso ; Moussa FOMBA, DAF du ROPPA ; Blamah JALLOH, Coordonnateur du RBM.

Pour le compte du CILSS, ont pris part à cette audience, Philippe ZOUNGRANA, Coordonnateur du Programme Régional d’Appui à la gestion des ressources naturelles et changement climatique; Maty BA-DIAO, Coordonnatrice du PRAPS; Ahmat HASSAN MOUSSA, Coordonnateur du PREDIP; Moussa ASSOUMANE, Coordonnateur du PEPISAO.