Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

PAGR-SANAD : Rencontre technique entre les parties prenantes à la mise en œuvre du projet à Koudougou


 

pagr2Du 01 au 05 Février 2021, s’est tenue à Koudougou au Burkina Faso, la troisième rencontre technique entre les parties prenantes à la mise en œuvre du Programme d’Amélioration de la Gouvernance Résilience, Sécurité alimentaire et nutritionnelle et de l’Agriculture Durable (PAGR-SANAD).

L’objectif général de cette rencontre est de créer un cadre d’échanges pour améliorer la gouvernance, la performance et l’efficience dans la mise en œuvre des activités du PAGRSANAD
à travers la recherche d’une plus grande synergie d’actions entre les agendas des OIG (CILSS, CEDEAO, UEMOA), le ROPPA et l’équipe d’Assistance technique qui vient en
appui à la mise en œuvre du projet.

Les objectifs spécifiques de cet atelier s’articulent autour des points suivants :

  • Faire le bilan de mise en œuvre des activités au cours de l’année 2020 ;
  • Finaliser et valider le Plan de travail et budget annuel (PTBA 2021 du PAGR-SANAD) ;
  • Présenter le projet de cadre logique révisé du PAGR-SANAD ;
  • Présenter le tableau de suivi des indicateurs avec les données à collecter et les
    responsables désignés ;
  • Présenter et valider le plan de communication et visibilité du PAGR-SANAD ;
  • Tirer les enseignements de l’impact de la pandémie à Covid-19 sur la mise en œuvre des activités du projet.

Ont pris part à cette rencontre les experts et cadres du CILSS (SE, CRA, INSAH, URCP), du SE/ROPPA, de l’Assistance Technique du projet PAGR-SANAD basée auprès de la CEDEAO,
du CILSS et de l’UEMOA, du Chargé de programme SAN à la DUE/OUAGA, le personnel d’appui (CILSS, AT/PAGR-SANAD).

Il faut rappeler que le PAGR-SANAD est financé par l’Union européenne dans le cadre du PIR du 11eme Fonds européen de développement (FED). Le projet vise l’amélioration de la gouvernance régionale et nationale des politiques et programmes agricoles et de sécurité alimentaire et nutritionnelle en Afrique de l’Ouest et au Sahel dans le contexte de la résilience, en vue de l’atteinte de l’objectif « Faim zéro d’ici 2025 ».