Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

Le CILSS renforce l’informatisation de la gestion des données à travers une plateforme pour le suivi-évaluation du Projet-PARIIS


Le Projet d’Appui Régional à l’Initiative pour l’Irrigation au Sahel (PARIIS/SIIP), dont le CILSS assure la coordination, a organisé deux ateliers régionaux consacrés à la plateforme de suivi-évaluation dudit projet. Le premier s’est tenu du 9 au 11 février 2021 à Koudougou (Burkina Faso) et le second, du 16 au 19 février à Bamako (Mali).

Il s’agit d’une plateforme structurante permettant d’informatiser la gestion des données (collecte, remontée, traitement et partage), la planification, le rapportage, et de rendre plus accessibles les informations pour la prise de décisions et la gestion du projet dans son ensemble.

Photo-de-famille-des-participants

Les ateliers ont regroupé les Experts de la Coordination régionale du projet, les Experts en suivi-évaluation du CILSS, les Experts des six pays de mise en œuvre et les représentants des partenaires stratégiques en appui à l’Unité régionale de coordination du projet. Ces rencontres de Ouagadougou et de Bamako, ont permis une appropriation du dispositif de suivi-évaluation du PARIIS par l’ensemble des Experts du CILSS venant des Etats membres. Ces ateliers ont aussi renforcé leurs capacités des participants pour l’utilisation des outils de planification et de suivi-évaluation en place.

Pour l’atelier de Bamako, c’est le Directeur Général de l’Institut du Sahel (INSAH), Dr Mohamed Abdellahi EBBE qui a au nom du Secrétaire Exécutif du CILSS, présidé la cérémonie d’ouverture de l’atelier de Bamako, le 16 février 2021. Il a rappelé que le développement de la plateforme qui est dans sa phase de finalisation et de mise en route, apparait comme une étape importante dans la mise en œuvre du projet et constitue un outil qui au-delà du Projet PARIIS, peut servir à d’autres projets du CILSS et de la sous région.

En rappel, le PARIIS est le premier projet opérationnel de l’Initiative pour l’Irrigation au Sahel (2iS) et fut approuvé par le Conseil d’administration de la Banque mondiale, le 05 décembre 2017. Il vise à répondre aux besoins concrets d’investissements des Etats, et assurer au niveau régional la qualité, l‘harmonisation et la réplicabilité des solutions d’irrigation identifiées et mises en œuvre dans 6 pays du Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad).