Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

Retraite annuelle du Programme Régional d’Appui à la Maitrise de l’Eau, à Koudougou


Le Programme Régional d’Appui à la Maitrise de l’Eau (PRA/ME) a organisé du  1 au 3 juin 2021 à Koudougou (Burkina Faso), sa retraite annuelle, sous la présence effective du Secrétaire exécutif, Dr Abdoulaye Mohamadou.

Le Secrétaire exécutif adjoint, les Coordonnateurs des Programmes Régionaux d’Appui, les Chefs des Unités d’Appui au Management (UAM), le Chargé de Programme, l’Auditeur Interne, la Coordination régionale du PARIIS, des Coordonnateurs de projets et Chefs de Départements de l’INSAH et du Centre  AGRHYMET, ont pris part à ce conclave.

Cette retraite  s’inscrit en droite ligne  dans le cadre de l’amélioration de la performance des différents Programmes Régionaux, dont l’un des axes est l’organisation périodique de retraites regroupant les Cadres et Experts intervenant dans lesdits programmes.

Le PRA/ME correspond à l’Objectif Stratégique 3 du plan stratégique du CILSS qui est de « Contribuer à satisfaire durablement les besoins en eau au Sahel et en Afrique de l’Ouest et gérer les risques d’événements hydrologiques extrêmes ».

La retraite visait à créer un cadre d’échanges sur la mise en œuvre du PRA/ME, en vue d’améliorer la performance et l’efficience de ses activités, à travers la recherche d’une plus grande synergie et d’une complémentarité d’actions entre les sites, les projets et les autres Programmes Régionaux.

Aussi, la retraite a permis de  passer en revue, l’état de mise en œuvre des activités 2020 des projets et programmes en lien avec la maîtrise de l’eau ; identifier les cohérences et les connexions possibles entre les différents projets dans les aspects eau ; faire l’état de mise en œuvre du processus de la Coalition mondiale sur l’eau au Sahel ; échanger sur les perspectives de financement et de plaidoyer pour les projets et programmes du PRA/ME, et faire des recommandations pour renforcer les actions du PRA/ME.

Dans son adresse aux participants, le Secrétaire exécutif a rappelé  la problématique de l’eau dans l’économie du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest, l’eau représentant l’élément clé pour une augmentation et une sécurisation de la production agricole et la réduction de la pauvreté.

Pour lui, « l’accroissement rapide de la population sahélienne, son urbanisation rapide et le besoin d’emplois pour les cohortes de jeunes tant ruraux, appellent à des investissements productifs massifs ; et à développer des réponses visant à réduire le niveau de pauvreté, parmi lesquelles la maîtrise de l’eau est souvent évoquée comme opportunité de création d’emplois pour la jeunesse rurale et périurbaine ».

Aussi,  a-t-il appelé à mobiliser les compétences, les savoirs faire et les ressources financières, pour faire de la maîtrise de l’eau, une priorité stratégique de première importance afin de réduire la vulnérabilité structurelle de l’espace du CILSS,  face à l’insécurité alimentaire, au manque d’emplois et  à la paupérisation des populations.

Parmi les fortes recommandations de la retraite, on peut retenir, la relancer du projet d’extension du PARIIS auprès de l’UEMOA ; la mise  en place d(un mécanisme pour la relance de la revue « Etudes et recherche sahélienne » de l’INSAH ; la mise  en place d’une stratégie globale de plaidoyer et de recherche de financement au sein du CILSS ; l’intégration des  Fermes agricoles communautaires intégrées ( FACI) dans le P2RS 2 ; le renforcement du partenariat avec l’ L’Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS)  et d’autres partenaires sur les questions de connaissance des eaux souterraines au Sahel, etc.