Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

Un atelier régional de capitalisation pour célébrer les acquis et résultats du Projet 1 du P2RS


Le CILSS a organisé en collaboration avec le Groupe de la Banque africaine de développement, un atelier technique régional de capitalisation du P1-P2RS à Ouagadougou du 25 au 27 mai 2021. Cet atelier s’inscrit dans le cadre de la valorisation des acquis et résultats atteints par le Projet 1 du Programme de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel (P1-P2RS), afin de tirer les leçons et recommandations nécessaires pour la formulation et la mise en œuvre du Projet 2 du P2RS.

Le projet 1 du P2RS mis en œuvre depuis 2015, est une initiative conjointe du CILSS et de ses Etats membres ainsi que la Banque Africaine de Développement (BAD) et constitue la première phase du programme.

Après cinq années d’exécution, les parties prenantes ont jugé bon de se réunir pour discuter des résultats afin d’aborder les prochaines étapes.  

« Cette rencontre est non seulement une étape très importante, mais, elle est fondamentale pour pouvoir renforcer tout le travail de l’analyse de la faisabilité pour la formulation du second projet », a expliqué Paul Ouédraogo, Secrétaire exécutif adjoint du CILSS.

Il a ajouté que c’est un projet qui accompagne les pays membres du CILSS, non seulement pour faciliter la mise en œuvre des politiques en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle, mais surtout de les évaluer et de pouvoir revenir sous forme de rétroaction sur les bonnes pratiques et les disséminer. L’objectif principal de cet atelier, à l’écouter, est de capitaliser les acquis du projet 1 du P2RS et tirer les leçons et recommandations de sa mise en œuvre pour une meilleure formulation du P2-P2RS.

Pour le représentant résident de la BAD au Burkina Faso, Pascal Yembiline, cette première étape a été une grande réussite. Il a confié que l’objectif qui était de donner à la population les moyens de résister par elle-même au choc qu’elles subissent qui sont généralement d’ordre climatique est en train d’être atteint. C’est fort de ces acquis que la BAD entend continuer dans la seconde phase du programme pour apporter son assistance technique et financière pour la réussite du programme.

Les attentes vis-à-vis de cet atelier sont nombreuses. « En plus de tirer les leçons, il faut s’instruire sur la base de ce qui a été déjà fait les cinq années de la phase écoulée pour pouvoir connaitre ce qui a été bien fait, ce qui l’a été moins et ce qu’on peut entreprendre pour mieux réussir la phase à venir », a affirmé Antoine Compaoré, représentant du ministre en charge de l’agriculture. C’est une quarantaine de participants venant des coordinations nationales du Projet 1-P2RS, des nouveaux pays du Projet 2-P2RS, de la BAD et du CILSS qui prennent part à cet atelier.

En rappel, le programme de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel (P1-P2RS) s’inscrit dans le long terme. Il durera 20 ans et sera exécuté en quatre phases de cinq ans par phase.


Vidéo cérémonie d’ouverture