Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

La mise en place d’un observatoire régional sur la transhumance au coeur d’une rencontre de haut niveau à Abuja


Les acteurs et partenaires du pastoralisme en Afrique de l’Ouest et au Sahel, sur initiative conjointe de la CEDEAO, du CILSS et du Programme Frontière de l’Union Africaine financé par la GIZ, sont réunis du 2 au 4 septembre 2021 à Abuja pour réfléchir et jeter les bases d’un observatoire régional de la transhumance en Afrique de l’Ouest.

La première journée a été consacrée à l’analyse des forces et des faiblesses des dispositifs d’information pastorale d’envergure régionale qui produisent des données et des informations portées par les institutions techniques, les ONG et les réseaux d’OPR. A l’issue des expériences partagées et des échanges, les orientations à donner à l’observatoire régional de la transhumance en Afrique de l’Ouest et au Sahel ont été données à travers un panel qui s’est focalisée sur une question centrale : pourquoi opérationnaliser un observatoire des systèmes d’élevages mobile en Afrique de l’Ouest ? Les panélistes et les participants se sont donc accordés sur la structure de l’observatoire, sa durabilité, son financement, sur le mode de collecte des données et aussi sur son portage technique et institutionnel.

Bien avant les travaux techniques, la cérémonie d’ouverture, présidée par le Directeur de l’Agriculture et du Développement Rural de la CEDEAO, M. Alain SY TRAORE, a été marquée par 6 interventions : celle du Représentant du Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural de la République Fédérale du Nigéria, M. Ibrahim U. Wali ; celle du Secrétaire exécutif Adjoint du CILSS, Dr Paul OUEDRAOGO ; celle du Représentant de la GIZ, M. Bakary SANOU ; celle du Représentant de l’AFD, M. Evince YEGBEMEY ; celle du représentant de l’UEMOA, Dr Sidi NDIAYE et la cérémonie d’ouverture prononcée M. Alain SY TRAORE. Les intervenants ont salué l’initiative de mettre en place un observatoire des systèmes d’élevage mobile afin de contribuer à fournir des informations à tous les acteurs et les partenaires pour une meilleure pratique de la transhumance.

L’observatoire est perçu comme un instrument à terme d’aide à la décision pour réguler efficacement les systèmes d’élevage mobiles.

Cette rencontre se tient dans le cadre de la mise en oeuvre du Projet élevages et pastoralisme intégrés et sécurisés en Afrique de l’Ouest (PEPISAO) financé par l’AFD et coordonné par la CEDEAO, en collaboration avec le CILSS.

Les réflexions de la quarantaine de participants issus des structures régionales et nationales nourriront les échanges de la rencontre politique prévue le 4 septembre et présidée par M. Sékou SANGARE, Commissaire de l’Agriculture, de l’Environnement et des Ressources en Eau de la CEDEAO.