Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

Rapport régional sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle 2021


  1. Contexte 

La disponibilité alimentaire est relativement satisfaisante, en raison des conditions agro-climatiques favorables, à l’issue de la campagne agro-pastorale 2020-2021. Il est ressorti en général que les productions agricoles et pastorales sont en hausse comparées à la moyenne quinquennale. 

Par contre, les conséquences de la pandémie de la COVID-19 et le ralentissement des demandes locales, régionale et internationale ont conduit à des baisses importantes de certaines productions de culture de rente, comme le Coton et le Cacao, entraînant ainsi une baisse de revenus tirés de ces cultures et une dégradation des moyens d’existence et des conditions de sécurité alimentaire de certaines populations. 

2. Méthodologie 

Les analyses nationales du Cadre Harmonisés ont été menées par les Cellules Nationales d’Analyse du CH (Services techniques, systèmes des nationaux unis, ONG nationales et internationales), avec la facilitation et l’appui techniques des membres du Comité Technique Régional du CH (CILSS, FAO, FEWS NET, FICR, IPC/GSU, OXFAM, PAM et Save the Children) sur la base de la version 2.0 du manuel du CH. 

3. Analyse globale de sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations au Sahel et en Afrique de l’Ouest 

Situation agricole : La production céréalière définitive dans la région du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest pour la campagne 2020-2021 est estimée à 74,3 millions de tonnes. Soit une hausse de 0,6% comparée à la campagne 2019/2020 et de 9% par rapport à la moyenne des 5 dernières campagnes. 

Situation pastorale : Sur le plan pastoral, malgré les bonnes pluies enregistrées au cours de la saison hivernale 2020-2021, les restrictions liées aux mouvements de la transhumance et le renforcement des contrôles de sécurité dans d’autres pays impactent négativement la mobilité des éleveurs et de leurs troupeaux vers les pays d’accueil du golfe 

de Guinée. En outre, l’aggravation de l’insécurité dans les zones du Liptako Gourma et du bassin du Lac Tchad exacerbe la vulnérabilité des ménages pastoraux. 

Situation des marchés : Malgré une situation agricole satisfaisante, les niveaux d’approvisionnement des marchés agricoles sont globalement faibles à moyen comparativement à l’année dernière. Les prix des denrées alimentaires sont en général élevés sur l’ensemble des marchés de la région. 

On note des inflations dans plusieurs pays (Nigeria, Liberia, Sierra Léone, Ghana, Gambie et Guinée) et des baisses de production céréalière dans les pays du Golfe de Guinée. Ces évènements ont été accentués par les impacts des mesures de gestion de la pandémie de la COVID-19. 

Situation nutritionnelle : elle demeure inquiétante dans la région. En 2020, plus de 1,5 millions des cas d’enfants (6 à 59 mois) malnutris ont été enregistrés dans les pays sahéliens et plus de 160 milles dans les pays côtiers où les admissions sont en nette progression (+66%) au regard de la conjoncture alimentaire. Les prévalences de la malnutrition aiguë sont toujours alarmantes avec des valeurs dépassant 10% (seuil élevé de l’OMS) dans plusieurs régions au Mali, au Burkina Faso, au Tchad, au Niger et dans certains Etats du Nord – Est du Nigeria. 

Zones en Insécurité alimentaire et nutritionnelle: Le processus d’analyse CH de mars 2021 (période courante) a couvert 14 pays du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest. Au total 827 zones ont été analysées sur l’ensemble des pays. On constate que 114 zones sont classées en crise (Phase 3) et 4 zones en urgence (phase 4) dans l’Etat de Borno, au Nord-Est du Nigéria. 379 zones sont sous pression. 

Population en insécurité Alimentaire et nutritionnelle : Durant la période de mars-mai 2021 sur près de 267,8 millions de personnes analysées, les proportions classées par phase de sévérité sont : 73,6% en phase minimale, 19,1% en phase 2-sous pression, 6,9% en phase 3-crise, 0,4% en phase 4-urgence et aucune population n’est classée en phase 5-catastrophe.