Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

Appel à communications – Forum de partage des innovations et des bonnes pratiques de résilience au Sahel


Forum de partage des innovations et des bonnes pratiques de résilience au Sahel, 29 – 30 novembre 2021. 

La Banque africaine de développement, l’Alliance Sahel, le Comité permanent inter-État de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS), la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD), la Stratégie intégrée des Nations unies pour le Sahel (SINUS), le Programme alimentaire mondial (PAM) lancent un appel à communications dans le cadre du prochain Forum de partage des innovations et des bonnes pratiques de résilience au Sahel, qui se déroulera les 29 et 30 novembre prochains. 

Dans un contexte de changement climatique et de nécessité à renforcer les capacités de résilience des communautés, ce forum ambitionne de consolider les acquis antérieurs à travers une approche coordonnée au niveau régional et une compréhension partagée du concept de résilience. À partir des résultats des deux forums organisés en 2013 et 2020 par le CILSS et ses partenaires -le premier sur la consolidation de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel et en Afrique de l’Ouest, et le second sur la promotion de l’innovation pour renforcer la résilience aux chocs climatiques- le prochain forum vise à promouvoir le partage des bonnes pratiques et innovations en matière de résilience inclusive. 

Les communications à soumettre devront porter sur des innovations, technologies, techniques et des cas de réussite des pratiques agricoles, pastorales, alimentaires et nutritionnelles et de gestion des ressources naturelles et d’adaptation au changement climatique, des modes d’organisation, des mécanismes de financement développés capitalisés par les communautés dans la région du Sahel. Elles devront s’articuler autour de l’une des quatre thématiques suivantes : 

1. Amélioration de la protection sociale et sécurisation des moyens d’existence. 

2. Renforcement de la nutrition des ménages vulnérables. 

3. Amélioration durable de la productivité agricole et alimentaire et de l’accès aux aliments. 

4. Renforcement de la gouvernance de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. 

En plus de ces thématiques spécifiques, les communications devront également traiter des questions transversales -égalité des genres, inclusion des jeunes et des personnes vulnérables, autonomisation des femmes– qui seront incluses dans les critères de sélection des propositions à soumettre.