Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

Les experts de la région, en conclave pour examiner la situation alimentaire et nutritionnelle au Sahel et en Afrique de l’Ouest


En conclave du 24 au 26 novembre 2021 à Banjul sur le sol gambien, les représentants des États membres du CILSS, de la CEDEAO, l’UEMOA les partenaires techniques et financiers, les experts des institutions régionales et internationales, les représentants des organisations de producteurs et de la société civile débattent d’un sujet important pour la région, la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Il s’agit notamment de la concertation régionale de concertation technique, pour la validation des bilans céréaliers et alimentaires ex-post 2020/2021, et prévisionnels 2021/2022 sur la situation alimentaire et nutritionnelle dans lesdits pays.

Le déroulement de la campagne agricole 2021/2022 ; les informations sur les superficies cultivées, les rendements agricoles prévus et les productions agropastorales attendues; le fonctionnement des marchés vivriers et de bétail et les niveaux des prix observés ; la situation des zones à risque alimentaire et des populations potentiellement vulnérables ; les bilans alimentaires prévisionnels sont entre autres aspects qui feront objet d’analyse et de discussions au cours de cette réunion technique qui permettra de disposer d’une vue d’ensemble de la campagne agro-pastorale 2020-2021, de la production agricole et de la situation alimentaire et nutritionnelle de la région.

A l’ouverture des travaux, le Directeur General du Centre Régional AGHRYMET, représentant le Secrétaire Exécutif du CILSS a fait savoir que le bilan prévisionnel de la campagne agro-pastorale, l’estimation des populations et des zones en insécurité alimentaire sont au centre du dispositif régional de veille (PREGEC), sur la sécurité alimentaire au Sahel et en Afrique de l’Ouest, communément appelé PREGEC.

« Ce dispositif, mis en place par le CILSS, avec ses partenaires techniques et financiers, fonctionne de manière permanente, à travers des cadres de concertation réguliers, pour la prévention des crises alimentaires et nutritionnelles, au Sahel et en Afrique de l’Ouest », a-t-il précisé.


Il est a noté que les données qui seront présentées au cours de cette rencontre auront un caractère prévisionnel et seront validées à la réunion du PREGEC de mars 2022.

Il ressort d’ores et déjà que les premières tendances qui sortent des analyses montrent que cette année sera difficile sur le plan alimentaire et nutritionnel, en particulier dans les pays sahéliens, eu égard à plusieurs facteurs de risque observés dans la région, notamment l’insécurité persistante et les aléas climatiques.


Madame le ministre gambien en charge de l’agriculture a saisi l’occasion pour rappeler à l’assistance que selon les conclusions de la concertation technique régionale sur les perspectives agricoles et alimentaires au Sahel et en Afrique de l’Ouest, tenue à Abidjan du 18 au 20 septembre 2021, dans l’ensemble, les productions agropastorales 2021-2022 sont de tendance moyenne à faible au regard de la situation erratique de pluviométrie enregistrée tout au long de la campagne, de la réduction des appuis en intrants relevée dans certains pays et surtout des baisses des superficies cultivées au Sahel à cause à cause des problèmes d’insécurité.

« La crise sécuritaire persistante dans de nombreuses régions du pays (attaques terroristes, conflits intercommunautaires, et grand nombre de déplacés internes) est un facteur qui aggrave la vulnérabilité alimentaire et nutritionnelle des ménages » a rajouté l’Honorable Ministre Madame Amie Fabureh.

Rappelons que cette concertation régionale, sera sanctionnée par un avis sur la situation alimentaire et nutritionnelle qui sera largement diffusé auprès des décideurs sahéliens et oust-africains, ainsi qu’aux organes de presse régionaux et internationaux.