Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

La redynamisation des Secrétaires Permanents des CONACILSS, au menu d’une importante rencontre à Ouagadougou


Le Secrétariat Exécutif du CILSS  organisé du 13 au 15 décembre 2021, à Ouagadougou, une rencontre de travail avec les Secrétaires Permanents des Comités Nationaux du CILSS (CONACILSS).

Ce conclave qui s’étend sur trois jours, a vu la participation de Madame la Ministre Coordonnatrice du CILSS, Madame Déné-Assoum KAMOUGUÉ, des premiers responsables du CILSS, des Secrétaires Permanents des CONACILSS des 13 Etats membres et  des  membres du Conseil de direction  de l’institution.

L’objectif de la réunion est de mener une réflexion prospective sur l’appropriation du CILSS par ses Etats membres et de dégager des lignes directrices opérationnelles pour cette appropriation.

En outre, la rencontre permettra de formuler et proposer des actions et recommandations aux instances du CILSS pour être adoptées et par la suite être mises en œuvre par les CONACILSS et le Secrétariat Exécutif du CILSS.

Cette réflexion s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des réformes engagées depuis 2017 par les Chefs d’Etat et de gouvernement du CILSS. 

Dans le schéma institutionnel proposé par le cabinet chargé de la réforme, les Etats membres du CILSS, à travers les Comités Nationaux du CILSS (CONACILSS), devront réaffirmer leur engagement pour le CILSS. 

La cérémonie de lancement a été marquée par les interventions de la Ministre Coordonnateur du CILSS et du Secrétaire Exécutif du CILSS.

Dans son mot de bienvenue, Dr Abdoulaye MOHAMADOU,  Secrétaire Exécutif du CILSS, a relevé la nécessité de rendre le CILSS plus dynamique, plus performant et plus adapté aux évolutions du temps. 

Pour lui, la réforme en cours doit « tracer les sillons d’un CILSS  résolument tourné vers le futur ». L’option de la réforme retenue, disait-il, « permettra de mettre en adéquation d’une part, la contribution des Etats membres et d’autre part, les structures organisationnelles, les ressources humaines et le fonctionnement de l’institution, pour lui permettre d’assurer ses missions régaliennes». 

Pour cela, « il faut une véritable implication des Etats membres, à travers les CONACILSS dans la gouvernance du CILSS », a insisté le Secrétaire Exécutif.

Il a tenu à rassurer les CONACILSS de son soutien indéfectible et s’est engagé à traduire en actions, les conclusions et recommandations de cette rencontre.

Dans son adresse, le Ministre Coordonnateur du CILSS Madame Déné-Assoum KAMOUGUÉ,  après avoir salué l’initiative de cette importante rencontre, a remercié les Secrétaires Permanents des CONACILSS, pour la constance de leur engagement aux côtés du CILSS et des populations sahéliennes et ouest-africaines. 

Elle s’est par ailleurs réjouit des performances acquises par les services nationaux de l’agriculture, de l’environnement, des ressources en eau, de la météorologie et du renforcement des capacités humaines dans ses pays membres grâce aux nombreuses réalisations du CILSS. 

Le regain d’intérêt pour le CILSS reconnait-elle, « s’est accru par l’extension de sa zone d’intervention et la constante sollicitation sur les nouveaux enjeux  et défis régionaux, les demandes d’adhésion de nouveaux pays, le renouvellement de conventions de financement, les partenariats avec des Institutions régionales et internationales »

La réforme en en question

La  session ordinaire du Conseil des Ministres, tenue en mars 2017 à Nouakchott en République Islamique de Mauritanie, a décidé de conduire une réforme organisationnelle et institutionnelle du CILSS.  Cette décision  a été entérinée par  la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement, tenue le 7 février 2018 à Niamey en République du Niger. 

La réforme devra permettre de lever les obstacles et goulots d’étranglement à l’efficacité de l’institution : actualiser au besoin son mandat, mieux préciser ses missions, susciter un engagement et une implication plus accrus des Etats membres et  proposer des stratégies de développement, du partenariat et de mobilisation des ressources.

Redynamiser les  CONACILSS, un défi au cœur de la reforme 

Le but ultime visé par cette réforme est de susciter l’implication des Etats membres  dans la gouvernance et la gestion du CILSS en leur faisant effectivement porter l’institution et en l’impulsant à partir des CONACILSS.  Pour cela, les acteurs se sont  accordés sur la volonté de revoir le dispositif des CONACILSS. Dès lors, les CONACILSS s’attèleront à l’identification des attentes de leurs pays et poursuivront également leurs activités internes destinées à institutionnaliser un dispositif leur permettant d’être au centre du système CILSS dans leurs pays. 

Pour ce faire, leurs rôles devraient être renforcés. Les recommandations ont abouti à la création de groupes de travail au sein du comité de pilotage de la réforme du système CILSS.  Ces groupes de travail ont respectivement travaillé sur diverses thématiques à savoir : Organisation et fonctionnement du CILSS ; Appropriation et implication des Etats membres et enfin ;  Modèle économique du CILSS. Des réflexions ont été menées d’une part sur l’implication et l’appropriation du CILSS par les Etats membres et d’autre part sur l’ancrage institutionnel, l’organisation et le renforcement des capacités et des compétences des CONCACILSS.