Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

L’APENS

baobab-senegal-300x191L’APENS :  Programme Régional d’Augmentation des Précipitations par Ensemencement des Nuages au Sahel – APENS

La principale entrave à une sécurité alimentaire durable et à une gestion rationnelle des ressources naturelles au Sahel est la pluviométrie et sa forte variabilité inter et intra saisonnières Aussi, le véritable défi pour le CILSS consistera à répondre aux besoins en eau d’une population en forte croissance, qui atteindrait 85 millions d’habitants en 2015 et 100 millions en 2025 et, dont la moitié vivra probablement en ville, ainsi qu’aux besoins d’une économie agro-pastorale reposant essentiellement sur la pluviométrie. Etant donné que dans la plupart des cas une baisse significative des ressources en eau disponibles par habitant est prévue à ces horizons, du fait notamment de la combinaison des facteurs climatiques et démographiques, ce programme doit être considéré comme une composante essentielle d’une gestion intégrée des ressources en eau au Sahel, en même temps qu’un élément de la stratégie d’adaptation aux effets néfastes de la variabilité et changements climatiques

Des opérations d’ensemencement des nuages en vue d’augmenter les précipitations ont été menées en zone CILSS depuis les années 1960. Ces actions bien que discontinues, ont montré que la zone sahélienne présente des atouts rendant possibles de telles opérations, dont les fortes convections naturelles et le développement vertical particulier des nuages. La première conférence scientifique du CILSS en la matière, organisée à Ouagadougou en mai 2004 a été le cadre de définition de la stratégie à mettre en oeuvre pour la réalisation du programme-cadre régional CILSS d’augmentation des précipitations par ensemencement des Etude de Faisabilité du Programme APENS 6 nuages