Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

Le répertoire informatif sur les règlements et accords des pays du couloir de l’ouest de transhumance élaboré au Sénégal


Les acteurs et partenaires de l’élevage mobile en Afrique de l’Ouest, à l’invitation conjointe de la CEDEAO et du CILSS, se sont rencontrés, en atelier du 12 au 14 juillet 2021 à Saly Portudal au Sénégal, pour élaborer le répertoire informatif sur les règlements et accords relatifs à la prévention et la gestion des conflits agropastoraux des Etats du Couloir de l’Ouest de transhumance. Cette rencontre s’inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Elevages et Pastoralisme intégrés et sécurisés en Afrique de l’Ouest (PEPISAO) financé par l’AFD et coordonné par la CEDEAO qui a délégué la mise en œuvre des composantes 1 et 2 au CILSS.

Malgré son importance économique, la transhumance est confrontée à plusieurs défis notamment la difficulté d’accès aux ressources naturelles entrainant des conflits parfois extrêmement violents. Pour minimiser l’occurrence de ces conflits, promouvoir la paix et la cohésion sociales et exploiter au mieux le potentiel économique de ce système d’élevage, les organisations continentales, régionales et nationales ont édicté des textes juridiques et des orientations politiques, qui sont pour l’essentiel mal ou peu connus par les pasteurs et d’autres usagers des ressources naturelles.   

Afin de contribuer aux efforts des acteurs visant à apporter des solutions durables à cette situation, le PEPISAO dont l’objectif est de réduire les conflits liés au pastoralisme à travers l’amorce de construction d’une vision régionale partagée sur les différents modes d’élevage ruminant, s’est engagé dans la conception de répertoires informatifs des textes liés à la prévention et gestion des conflits et les diffuser auprès des parties prenantes à tous les niveaux.

La rencontre du Sénégal a été la deuxième phase de l’exercice de l’élaboration des répertoires informatifs sur les textes réglementaires après la rencontre de Ouagadougou en Octobre 2020, consacrée à ceux du couloir central.

Durant trois jours d’échanges, les 25 participants constitués de représentants du RBM, du ROPAA et de APESS, d’une part, de juristes et d’experts en transhumance venus de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Mali, de la Mauritanie et du Sénégal, pays du couloir de l’Ouest de transhumance ont analysé les textes régionaux et nationaux régissant le pastoralisme pour les rendre plus accessibles à tous. Des principaux textes, des éléments d’information pertinents ont été extraits afin de faciliter leur accessibilité, leur meilleure compréhension et leur application par les acteurs de terrain. Ces extraits ont été compilés pour constituer le répertoire informatif des textes des pays du couloir de l’ouest de transhumance.

Avant les travaux d’analyse, les participants ont enrichi leurs connaissances sur le cadre réglementaire de la transhumance transfrontalière en Afrique de l’Ouest, en l’occurrence, les articulations et les principes de la décision A/DEC.5/10/98 portant réglementation de la transhumance transfrontalière et le Règlement C/REG.3/01/03 contribuant à mettre en œuvre la décision de 1998. Les participants se sont familiarisés aux termes techniques juridiques employés dans le domaine des textes et règlements (accord, ordonnance, décret, règlement, arrêté, directive…) pour faciliter leur compréhension du contexte et des enjeux des textes régionaux et nationaux.

Au cours des échanges, les acteurs et partenaires présents à Saly Portudal, ont relevé l’insuffisante application des textes et des règlements encadrant le pastoralisme dans les pays et au niveau régional. Ils se sont volontairement engagés, dans le cadre d’une plateforme virtuelle à contribuer à une large diffusion du répertoire informatif et son exploitation par les acteurs à la base.

Au terme de la rencontre régionale, les participants ont invité la CEDEAO, le CILSS et les Etats à : i- mettre en place un véritable dispositif de suivi et d’évaluation de l’application des règlementations ; ii- prendre en compte le foncier pastoral dans l’élaboration des textes sur la pratique du pastoralisme ; iii- accélérer la mise en place d’un observatoire de la transhumance pour faciliter la pratique de la transhumance dans la sous-région.

Dr Bio Goura SOULE, représentant le Directeur de l’Agriculture et du Développement rural de la CEDEAO, au nom de la CEDEAO et du CILSS, à la clôture des travaux, a salué les résultats atteints en trois jours d’échanges qui ont permis de doter la sous-région d’un répertoire informatif des pays du couloir ouest de transhumance. Ce document, a-t-il souligné, est d’une importance capitale et vient ainsi combler les attentes fortes des acteurs de terrain relatives à la mise à disposition de documents simples pour une application rigoureuse des textes régissant l’élevage mobile en Afrique de l’Ouest.