Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

Mandat du CILSS

 

BandeauCILSS-A-PROPOS-2ver2

La majeure partie de l’espace CILSS se situe dans la zone climatique sahélienne : on estime à près de 70% la partie saharo-sahélienne de l’espace CILSS, c’est-à-dire recevant moins 300 mm de pluie par an en moyenne, et à 25% la partie purement sahélienne, c’est-à-dire enregistrant entre 300 et 750 mm de pluie par an.

Du point de vue éco-géographique, la zone sahélienne typique correspond au domaine climatique où les précipitations annuelles moyennes varient de 300 à 750 mm . Elle se situe entre la zone saharo-sahélienne ou sub-désertique (où la pluviométrie varie de 100 à 300 mm par an) et la zone soudanienne (qui enregistre une pluviométrie moyenne se situant entre 750 et 1200 mm). Les conditions climatiques dans le Sahel géographique (Sahel comme marge du désert) sont de tout temps marquées non seulement par la faiblesse de la pluviométrie, sa concentration sur une courte période de l’année, mais aussi la variabilité spatiale, annuelle et inter-annuelle de la distribution de la pluie. A cela se sont ajoutés depuis le début des années 1970, des dérèglements chroniques et de grande ampleur du climat, et donc du régime des pluies, se traduisant notamment par des séries de sécheresse ponctuées par des épisodes de famine et de pénuries d’eau de boisson.

Le mandat ou l’objectif général qui guide l’action du CILSS est de s’investir dans la recherche de la sécurité alimentaire et dans la lutte contre les effets de la sécheresse et de la désertification, pour un nouvel équilibre écologique au Sahel à travers :

  • La formulation, l’analyse, la coordination et l’harmonisation des stratégies et politiques ;
  • Le renforcement de la coopération scientifique et technique ;
  • La collecte, le traitement et la diffusion des informations ;
  • Le renforcement des capacités des différents acteurs, y compris le secteur privé ;
  • La capitalisation et la diffusion des expériences et acquis ;
  • L’accompagnement dans la mise en ouvre des stratégies, politiques et programmes.

Au niveau politique et technique, l’Institution est coordonnée par des Instances Statutaires :

Conférence des Chefs d’État et/ou de Gouvernement

Conseil des Ministres

Comité Régional de Suivi et de Programmation

Conseil de Direction


Au plan organisationnel, le CILSS est structuré en trois (3) sites :

Secrétariat Exécutif (situé à Ouagadougou, Burkina Faso)

Institut du Sahel (institution spécialisée basée à Bamako, Mali)

Centre Régional AGRHYMET (institution spécialisée basée à Niamey, Niger).

Quatre objectifs opérationnels ou spécifiques contribuent à la réalisation de cet objectif général à savoir :

  • Les Sahélien(ne)s disposent d’une meilleure sécurité alimentaire et gèrent mieux les ressources naturelles et les questions de population/développement Suivre et impulser des actions d’échanges des produits agricoles et agroalimentaires ;

  • La maîtrise de l’eau pour l’amélioration des conditions de vie des populations sahéliennes est renforcée ;

  • Les Sahélien(ne)s disposent de marchés nationaux et régional dynamiques, fluides et intégrés pour les échanges des produits agricoles et agroalimentaires ;

  • Le CILSS fait autorité dans les domaines de SA, LCD/GRN, maîtrise de l’eau, population et développement au plan sous-régional et international.